bandeau1.pngbandeau2.pngbandeau3.pngbandeau4.png
centre de formation
auto-école sociale
ALPAJE
foyer d'accueil

La formation

 

Quelles formations ?

 

Lors de la création de l’association, seule une insertion dans les métiers de la restauration était organisée à l’intérieur de l’association puisque dans le même bâtiment coexistait un restaurant et le foyer d’accueil.

Ce restaurant était alors ouvert midi et soir et les jeunes participaient par roulement à toutes les tâches nécessaires à son bon fonctionnement (courses, ménage, cuisine, service, animation…)

Ces derniers étaient  alors placés en stage chez des confrères de l’agglomération tarbaise dans le but d’une insertion directe ou d’une préparation à une formation professionnelle.

Rapidement il nous est apparu que les difficultés personnelles des jeunes (instabilité, intolérance vis à vis de patrons, manque de motivation pour des tâches routinières etc…) mettaient en péril la réussite de leur projet et qu’il était peut-être envisageable de leur proposer un autre secteur d’activité dans lequel leurs « défauts » pouvaient devenir des « qualités ».

C’est sur cette analyse que nous avons d'abord créé le centre de formation puis  celle de  chauffeur routier, ce métier nous paraissant mieux correspondre à la personnalité de ces jeunes : La route est un vieux mythe qui se révèle très vivace chez ces jeunes très souvent tentés par la fuite (de leur famille, de leur angoisse, de leurs passages à l’acte, de l’échec, des gendarmes…), par un désir d’indépendance (pas de patrons sur le dos…), de puissance (ils en imposent sur la route face aux autres usagers),d’autonomie (ils n’ont besoin de personne, ils sont seuls dans la cabine), de facilité (il suffit de savoir conduire)

Il s’agissait donc pour nous de les aider à analyser, modérer, ré-évaluer et socialiser cet ensemble de désirs afin qu’ils en fassent un atout pour une insertion professionnelle réussie.

 A l’occasion de l’embauche  d'un salarié, il nous a été fait la demande d'une préparation à un diplôme permettant de travailler auprès de jeunes enfants. Nous avons donc élaboré un programme de formation au CAP "Petite enfance" destiné en un premier temps à des adultes.  Progressivement  il s'est avéré que ces formations centrées sur la petite enfance interessaient également des jeunes pouvant faire l'objet d'une prise en charge à ALPAJE, et c'est ainsi qu'à l'heure actuelle environ la moitié du groupe de formations sanitaires et sociales est constituée de jeunes filles qui préparent un CAP voire un BEP dans le cadre de leur placement dans notre association.

Comme vous pouvez le constater, la création du centre de formation et toutes les préparations aux métiers que nous proposons se sont réalisées en fonction de besoins et de manière empirique. C'est cette créativité et cette souplesse que nous proposons aux jeunes qui souhaitent leur admission dans notre établissement.

 


Conducteur routier

 

Nombreux sont les jeunes qui viennent chez nous parce qu’ils sont « motivés » par le métier de routier.

Malheureusement cette motivation n’est pas forcément le gage d’un investissement dans la formation, car elle est souvent ancrée dans des représentations plus ou moins fausses du métier.

Outre leurs représentations erronées du métier, les jeunes qui arrivent à ALPAJE ont bien souvent en commun des pratiques de toxicomanie plus ou moins installées (cannabis ou/et alcool), dont tous minimisent les effets. Outre l’information faite systématiquement (interventions de CASA, de l’ANPAA et de la Maison des Adolescents dans le cadre des cours), tous les adultes sont vigilants pour condamner et sanctionner (avertissements, mises à pied, communications aux juges) ces pratiques qui compromettent sérieusement la formation du jeune mais aussi et surtout son avenir professionnel dans le monde des transports.

 L’objectif suivi, dans le cadre de cette formation, est l’obtention des permis B, C et le passage du Titre de Formation Professionnel ou du CAP conduite routière.

Le formateur technique est chargé de l’enseignement de la technologie des transports, de la mécanique, du code de la route et de la conduite des différents permis. L’éducatrice scolaire intervient sur les matières générales : maths, français, économie sociale et familiale, histoire et géographie.                     

Tous les après midi, les jeunes vont en stage dans des entreprises de mécanique, de pneumatiques ou de transports routiers, avec une convention qui définit les conditions administratives de leur placement.

Toutes les fins de semaines, un formateur se rend sur les terrains de stage, pour faire le point avec les employeurs sur le comportement des jeunes et sur leurs acquisitions.

Ces stages en entreprises permettent de faire le lien entre les cours théoriques et la pratique.

Enfin pour les jeunes en fin de parcours ayant obtenu leur Titre Professionnel nous proposons, en collaboration avec une entreprise d’insertion tarbaise, un contrat d’embauche Aidé afin d’acquérir l’expérience professionnelle nécessaire à une insertion sociale réussie.

 

Les voyages:

En plus de ces stages, les jeunes effectuent avec le camion de l’association des déménagements pour des associations ou pour des particuliers allocataires de la CAF.

Ils participent en outre  à des voyages humanitaires organisés en partenariat avec des ONG à but humanitaire, permettant aux jeunes de se confronter à une réalité concrète auprès de populations meurtries par la guerre et/ou le sous-développement.

Les jeunes peuvent aussi partir sur la route avec des conducteurs routiers dans le cadre de transports internationaux.

Toutes ces activités pratiques permettent aux jeunes de se construire une meilleure représentation du métier de conducteur routier et d’acquérir des techniques professionnelles (chargement, déchargement, mise à quai, conduite…).

 Au-delà des savoirs théoriques et professionnels que ces activités permettent, les lieux, les temps, les institutions et les personnes sont pour les jeunes d’ALPAJE des possibilités de construction ou de reconstruction de leur place dans la société.

 


Le sanitaire et social

 

« S’occuper des autres » suscite chez nos jeunes (surtout les filles) une forte attirance, car elles sont persuadées que les « galères » qu’elles ont vécues les rendent plus aidantes pour ceux qui souffrent ou sont démunis.

Aider les autres, les aimer, comme pour « racheter » leur passé douloureux, pour donner sens à leur vie.

Le contact avec la réalité professionnelle, pendant leur formation, apporte toujours des questionnements sur leur histoire personnelle.

Certaines en retirent plus de maturité, plus de curiosité sur elles-mêmes bien sûr, mais aussi et surtout sur le monde qui les entoure.

D’autres aussi se rendent compte qu’il est difficile de « s’occuper des autres », que l’amour et/ou le désir de réparer ne sont pas suffisants pour mener à bien cette tâche.

Alors certaines, et c’est légitime, renoncent.

Mais d’autres s’accrochent, et ce d’autant plus que nous « mélangeons » nos jeunes en prise en charge éducative avec des adultes (essentiellement des femmes).

Ces adultes rencontrent elles aussi des difficultés d’insertion et sont en situation précaire (CEC, chômage, RMI…).

La plupart d’entre elles ont, comme les jeunes d’ALPAJE, un passé scolaire douloureux et il est indispensable de leur permettre d’acquérir un diplôme qui, outre « un vrai travail », les valorisera enfin.

Quatre après-midi par semaine, les adultes et les jeunes suivis viennent en cours pour les matières théoriques du CAP Petite Enfance et du BEP Sanitaire et Social : sciences et technologies, maths, sciences physiques, français, vie sociale et professionnelle, histoire et géographie et langue.

Ils sont en stage douze semaines en crèche et en école maternelle, et trois semaines auprès d’adultes non autonomes.

La formation est très dense et demande beaucoup de travail et de volonté.

Ils préparent le CAP et le BEP en un an. S’ils échouent en juin, ils peuvent repasser les matières « ratées », l’année suivante.

 


Les autres formations

 

A partir d’un projet professionnel particulier et sur la base des référentiels liés au métier choisi, notre centre de formation est à même de proposer toute sorte de formation en alternance.

Notre réseau de professionnels nous permet de conventionner des stages en entreprise obligatoires qui doivent permettre aux jeunes de suivre la formation qu’ils souhaitent.

La formation en alternance que nous proposons bénéficie des mêmes conditions d’apprentissage que les autres enseignements.